ASSOCIATION SERVICE JEUNESSE

loisirs éducatifs pour tous

 

 

ACCUEIL

 

Projets d'Activités

Grands Jeux

Thèmes de centre

Projets de vie de séjours

Activités Manuelles

Chants

 

Espace JEUX

Espace "JE "

 

Boîte à outils pour Animateurs

Boîte à outils pour Directeurs

Boîte à outils pour vos projets

 

Pour votre école

Médiation par les pairs

 

 

 

BOITE A OUTILS DES DIRECTEURS

Retour

LA CONNAISSANCE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT - PAGE 1

 

SOMMAIRE

Cliquez sur les points ci-dessous pour lire le contenu

PAGE 1

PAGE 2

Version imprimable

 

 

Une nuit de sommeil c’est 4 à 5 trains pris – La durée du voyage dans un train est de 1H30 environ

Conseils,

 

L’enfant doit « HABITER » sa chambre. Il doit pouvoir y jouer la journée, bien la connaître, bien se la représenter.

Le sommeil vient plus facilement si la chambre est bien rangée.

Il faut vérifier que la porte soit bien visible du lit pour chaque enfant.

Il faut rassurer les enfants, les mettre en confiance tout en restant ferme. Pour cela ma mise en place d’un RITUEL est très importante, à tous les âges d’ailleurs. Ne pas hésiter à faire un petit câlin pour les plus jeunes.

Sommeil Profond et très profond

 

C’est le moment où l’enfant « recharge ses batteries » et fabrique l’hormone de croissance qui le fait grandir…

 

Sommeil PARADOXAL ?

 

Parce que paradoxalement, le cerveau est en pleine activité alors-même que nous sommes bel et bien en train de dormir. Les yeux font des mouvements rapides, les rythmes respiratoires et cardiaques sont irréguliers. La majorité des rêves se produisent à ce moment là et la durée augmente à chaque nouveau train pour devenir prédominante en fin de nuit… Des études ont montrées que la privation de sommeil paradoxal aboutit à la mort 1 mois plus tard sans qu’on puisse l’expliquer (chez l’animal).

 

De manière générale, le sommeil est un moment très important. Le coucher, chez les enfants perturbés et souvent source d’angoisses. Des comportements perturbateurs peuvent arrivés à ce moment là. La meilleure façon de les gérer c’est encore au cas par cas et en douceur.

Tous les jeux ou « blagues » consistant à réveiller les jeunes ou les collègues durant leur sommeil sont totalement à proscrire. Le sommeil est un besoin fondamental, il convient de le respecter !

Haut - Version imprimable

Les besoins selon Maslow

(cliquez sur l'image ci-dessus pour agrandir)

Les Niveaux :

Besoins physiologiques :

 

On nomme besoins physiologiques ceux liés au maintien de l'homéostasie de l'organisme : la régulation des grands équilibres biologiques nécessaires au maintien d'un état de santé physique.

Nécessaires à la survie de la personne, ils sont impérieux (respirer, boire, faire ses besoins, manger, dormir, se réchauffer, …) et peuvent l'emporter sur la conscience s'ils ne sont pas satisfaits.

La présence à ce niveau du besoin de procréer est sujette à discussion. Celui-ci, utile pour l'espèce, ne semble pas nécessairement présent chez tout individu, ce qui fait que les interprétations divergent.

 

Besoins de sécurité :

 

On nomme besoins de sécurité ceux qui sont liés à l'aspiration de chacun d'entre nous à être assuré du lendemain physiquement comme moralement :

·           sécurité d'un abri (logement, maison)

·           sécurité des revenus et des ressources

·           sécurité physique contre la violence, délinquance, agressions ...

·           sécurité morale et psychologique

·           sécurité et stabilité familiale ou, du moins, affective

·           sécurité médicale/sociale et de santé

Besoins de reconnaissance et d'appartenance sociale :

 

Il s'agit de la recherche de communication et d'expression, d'appartenance à un groupe. Ce besoin d'intégration dans le lien social va de pair avec le besoin de reconnaissance et de considération. Le besoin d'amour doit pouvoir être pris en considération : besoin d'identité propre (nom prénom)

·           besoin d'aimer et d'être aimé (affection)

·           avoir des relations intimes avec un conjoint (former un couple)

·           avoir des amis

·           faire partie intégrante d'un groupe cohésif

·           se sentir accepté

·           ne pas se sentir seul ou rejeté

Ce besoin se manifeste par le comportement parfois atavique (volonté de ressemblance avec les ancêtres) ou grégaire (instinct qui pousse les individus à se regrouper entre semblables) de l'être humain.

 

Besoins d'estime de soi et des autres :

 

Besoin d'être respecté, de se respecter soi-même et de respecter les autres.

Besoin de s'occuper pour être reconnu, avoir une activité valorisante qu'elle soit dans le domaine du travail, ou dans celui des loisirs. Il s'agit en particulier, du besoin de se réaliser, de se valoriser (à ses propres yeux et aux yeux des autres) à travers une occupation. Le Résident a aussi besoin de faire des projets, d'avoir des objectifs, des opinions, des convictions, de pouvoir exprimer ses idées.

 

Besoins d'autoréalisation

 

Besoin de poursuivre certains apprentissages avec l'implication du goût de l'effort, de connaître de nouvelles techniques et d'avoir des activités purement désintéressées. Besoin de communiquer avec son entourage et de participer, fût-ce modestement, à l'amélioration du monde

 

Evidemment les besoins de Maslow (et des autres) font l'objet de critiques du monde scientifique et d'ailleurs. On peut toujours tout remettre en question et c'est ce qui permet de faire évoluer les choses. Cette description, chez Maslow, nous indique qu'un individu est épanoui lorsque tous ses besoins sont relativement satisfait (dans certaines de nos sociétés occidentales uniquement). et ce terme de "relativement" peut être aussi sujet à réajustements... Maslow indique aussi que le besoin qui se trouve en bas de l'échelle doit être relativement satisfait pour accéder au suivant...

Loin d'être une règle universelle, c'est en tout cas un début d'approche et un outil de compréhension des besoins humains.

Haut - Version imprimable

Distinction entre besoin et désir :

Aspects psychologiques et processus mentaux :

Classifications voisines :

Le besoin est exprimé par le cerveau inconscient sous forme d'une émotion qui en signale la présence et la satisfaction ou la non satisfaction; tandis que le désir est exprimé par le cerveau conscient sous forme de mots ou d'actes libres.

Par exemple, tout individu a besoin de survivre en cas d'attaque, par la contrattaque, ou la fuite (actions inconscientes ou instinctives).

En revanche, vouloir posséder une voiture est un désir.

La vente utilise des techniques différentes pour combler le besoin ou le désir. Le besoin est un sentiment de manque ou de privation accompagné d'un désir de le voir disparaitre.

Les besoins vitaux sont issus du système sympathique (gère la vie, la survie, la reproduction) tandis que les autres besoins sont issus du système parasympathique (gère les besoins en état de sécurité).

Quand le système sympathique entre en action, il utilise un réseau nerveux différent du système parasympathique et l'action sur les sujets est différente en fonction du système réellement en action. Par exemple, quand une personne est sur le sympathique (i.e. en situation de se protéger de ce qui est perçu comme une attaque grave), les ressources allouées à l'estomac sont minimes par rapport aux ressources allouées à l'autodéfense. La digestion se fait donc mal en situation d'insécurité et de stress. Par contre, quand la personne se sent en sécurité, le système parasympathique gère la digestion qui se fait normalement et agréablement. La satisfaction d'un besoin produit une émotion positive tandis que la non-satisfaction du besoin produit une émotion négative. L'analyse minutieuse des émotions permet d'identifier correctement le besoin signalé.

Il est important de bien identifier ses besoins en vue de les satisfaire correctement.

Quand on porte (satisfait) ses besoins soi-même, le système parasympathique émet inconsciemment de l'affection et on peut dire que l'on s'aime soi-même. Quand le besoin est satisfait par une autre personne, le système parasympathique émet inconsciemment de l'affection vers cette autre personne. Comme l'affection est émise par le cerveau inconscient, elle ne se commande pas à partir du cerveau conscient. On peut dire, en général, que les émotions ne se commandent pas, ni par la personne elle-même, ni par une autre personne.

Une autre classification, plus réduite et donc plus simple, est opérée en sociologie.

Cette classification n'est que sur trois niveaux :

  1. Besoin primaire : besoin vital, physiologique : Quelle que soit la société étudiée, il est impossible de s'en passer. Donc : manger, dormir, vivre.

  2. Besoin secondaire : besoin social : Il est impossible de se passer de ces besoins pour avoir une vie normale en société. C'est à dire : se laver, posséder une adresse, porter des vêtements en bon état, savoir lire...

  3. Besoin tertiaire : besoin personnel : Besoin qui sert à se sentir bien, à être en bonne santé mentale ou simplement de bonne humeur. Donc : avoir des passe-temps, acheter une certaine marque...

Épicure classait quant à lui les "besoins" en quatre catégories :

1.      Besoins naturels indispensables à la vie (boire, manger, dormir), au bien être (maison, hygiène, diététique, affection), et au bonheur (philosophie, amitié, sagesse)

2.     Aspirations naturelles dont on peut à la rigueur se passer (le sexe, l'amour, jeux, arts, sciences, etc.)

3.     Aspirations de création humaine et donc artificielles (richesse, gloire, etc.)

4.     Aspirations Mystiques et non réalisables (désirs d'immortalité, etc.)

 

Les neurosciences ont par ailleurs mis en évidence tant le rôle du plaisir que de la souffrance dans l'activité cérébrale servant de support au processus de décision.

Haut - Version imprimable

L’enfant jusqu’à 6 ans – Les grandes Lignes de son développement :

Besoins et intérêts

Attitude de l’animateur

Remarques concernant les activités

Types d’activités

Beaucoup de besoins physiologiques :

  • Alimentation

  • Sommeil (sieste, nuit…)

  • Mouvement (développement physique et moteur) éveil sensori-moteur

Besoin de sécurité affective : être aimé, cajolé.

Besoin de communication :

  • socialisation et d’ouverture vers autrui (sourires, câlins, bisous…)  Il découvre  que la parole est  magique : peut faire agir l’autre.

  • Pleurer est un moyen de s’exprimer et pas nécessairement le signe d’un profond malaise.

Besoin de confiance en soi et d’autonomie : expériences, explorations, n’a pas la notion du danger.

Besoin de construire sa personnalité :

  • Il est une personnalité à part entière, il se dissocie des autres et prend conscience de son «  moi ». Période du « non » et de l’opposition.

  • L’identité sexuelle se construit. (Curieux envers le sexe opposé).

  • Complexe d’Œdipe. Identification au parent du même sexe = intégrer son identité sexuelle. Deux interdits : l’inceste et le meurtre.

Dépend de l’adulte :

  • Demande beaucoup d’attention et de présence,

  • Repérer les signes annonciateurs (la fin, la fatigue, l’excitation,…).

Donner des repères :

  • Instaurer des rituels,

  • Mettre l’accent sur la communication (après le petit-déjeuner nous allons faire…)

  • s’adresser aux enfants à leur niveau avec un vocabulaire adapté.

Favoriser l’apprentissage et l’autonomie :

  • Eviter toutes les attitudes pouvant minorer les compétences de l’enfant (Laisses ! T’es trop petit, je vais le faire…) Préférez les phrases du type : «est-ce que tu veux que je t’aide pour nouer tes lacets ? »

  • Eviter la surprotection. Favoriser la sécurité sans empêcher les enfants d’agir seuls. (Ex : parcours acrobatiques,  course…)

Poser des limites :

  • limites physiques, limites sociales, limites temporelles. (Nous jouons encore 5 minutes et après nous arrêtons.)

  • proscrire les relations fusionnelles.

  • Ne pas conforter l’enfant dans ses attitudes non admises par la société.

  • Félicité régulièrement les enfants lorsqu’ils ont une attitude positive.

  • L’imitation  est un outil d’apprentissage extrêmement prisé à cet âge.

Durée des activités :

  • L’enfant se fatigue vite et récupère vite.

  • Changer régulièrement d’activité. (45 minutes).

Déroulement de l’activité :

  • Inclure dans un imaginaire,

  • Découpage en séquences,

  • Importance du modèle, donner des explications simples et claires.

  • Prévoir un temps de préparation et de rangement avec les enfants.

  • Ne pas hésiter à réaliser une activité en plusieurs séances. (Atelier d’expression, activités manuelles, décoration des locaux, création d’une histoire, raconter une histoire…)

Des activités en autonomie, une nécessité : prévoir des temps où les enfants jouent seuls avec des supports de jeux : jeux d’imitation, jeux de construction, jeux permettant de développer l’imaginaire…

 

Des activités permettant de stimuler les capacités sensorielles des enfants : jeux de couleurs, de rythme, de manipulation (eau,  terre, collage, sable, coloriages, dessins, peinture, argile, pâte à sel, plâtre…)

 

Développer l’intellect, les repères : classements, puzzles, la date du jour, qui est absent, comment je me sens, quel temps fait-il, etc.

 

Développer l’imaginaire : contes, histoires, marionnettes, etc.

 

Développer les capacités motrices : jeux de poursuites, de course, de relever, de grimpe, de parcours, d’escalade, etc.

 

Développer la motricité fine : coloriages, assemblages, montages, etc.

 

Développer la vie de groupe : Chants, comptines, ronde, jeux collectifs de coopération, etc.

Haut - Version imprimable

L’enfant jusqu’à 6 ans – Préparer son accueil dans les ACM :

Le contexte - Les locaux

L’équipe

Les parents

Accompagnement de l’enfant au moment de la séparation :

La vie des enfants est ponctuée de séparations : la naissance, la marche, l'entrée à la crèche, l’acquisition de la « propreté », au centre de loisirs, à l'école…

Aller au centre de loisirs pour un enfant = quitter les siens = apprendre à se séparer des personnes avec lesquelles il a noué ses relations premières.

La tâche n'est pas simple les premières fois. Il est immédiatement confronté au temps compté du départ pour le centre et du retour à la maison près des siens, à celui du vide et de l'absence, aux relations qu'il va établir avec ses camarades, aux activités que l'on va lui proposer.

Le professionnel du centre de loisirs va devoir, avec l'aide des parents, accompagner l'enfant dans cette dynamique évolutive.

Accueil :

  • Faire une grande place à l’imaginaire. (Déco, personnage, histoire, à bord du centre, mise en scène…)

  • prévoir un lieu d’accueil à la fois pratique, organisé et très accueillant, qui donne envie de découvrir, d’entrer et de rester.

  • accessible aux enfants comme aux parents où chacun peut y trouver ses repères. Prévoir un endroit où les enfants peuvent s’asseoir, un autre endroit où les parents peuvent communiquer avec le groupe d’adultes.

Sécurité :

  • repérer les endroits dangereux ou non d’adapter et les banaliser.

  • Utiliser exclusivement du mobilier adapté à la tranche d’âge.

  • Encourager l’autonomie avec raison.

Se repérer :

  • Faire le tour du centre avec les enfants. Montrer les endroits autorisés est interdit, les endroits où ils pourront être seuls et les endroits où ils devront impérativement être accompagnés d’un adulte.

Personnalisation de l’accueil :

  • prendre connaissance des prénoms dès l’arrivée des enfants,

  • se présenter à l’enfant : « Bonjour, je m’appelle Edouard, je suis animateur et nous allons passer la journée ensemble ».

  • nrepérer immédiatement les endroits dédiés aux enfants  (à personnaliser également). «  c’est là que tu peux ranger tes affaires et tu les retrouveras tout à l’heure ».

Mettre en place des rituels :

  • déposer ses affaires, passage aux toilettes, lavage des mains, prise du petit déjeuner, présenter la journée aux enfants…

  • inclure le registre de présence.

Prise en charge des cas particuliers :

n  Identifier et repérer les enfants qui ont des troubles connus, signalés avant le séjour par les parents (diabète, handicap, allergies alimentaires, etc.)

Faire circuler l’information :

n  Communiquer avec l’ensemble de l’équipe afin de faire circuler l’information donnée par les parents où l’enfant.

Personnalisation des retours :

n  Selon un rituel qui est identique à l’accueil.

n  Donner des repères, fixer des limites de lieu et de temps.

Partage des tâches :

  • Les animateurs qui accueillent les parents pour les retours ne peuvent pas être les mêmes que ceux qui s’occupent des enfants.

  • Il faut contrôler les départs avec les adultes

Personnalisation de l’accueil :

  • Se présenter aux parents : « bonjour Madame, comment va Bryan ce matin ?»

  • Présenter la journée aux parents.

  • Donner des repères de temps aux parents : en cas d’accueil échelonné : « c’est l’heure de nous quitter, à ce soir… »

Personnalisation des retours :

  • Donner des informations sur la journée où le séjour de l’enfant. (repas, sieste…)

  • Rappel sur la journée du lendemain.

  • S’adresser à l’enfant et lui dire : « A demain Bryan, tu seras là ? »

Haut - Version imprimable

L’enfant de 6 à 12 – Les grandes Lignes de son développement :

Besoins et intérêts

Attitude de l’animateur

Remarques concernant les activités

Types d’activités

Ce sont les mêmes besoins que la tranche d’âge précédente.

Le développement physique :

La croissance se ralentit, les hormones somnolent jusqu’à 12 ans. C’est la période de latence.

 

Le développement psychologique :

  • Ne confonde plus le réel et l’imaginaire. Cherche une explication rationnelle pour tout.

  • Prennent conscience que les actes ont des conséquences. C’est le début de la conscience morale. (Intégration de ce qui est bien, permis et que ce qui est mal, défendu).

  • Renforcement de l’identité sexuée : agressivité entre les sexes, identification forte au sexe identique : choix du métier, héros, papa, maman, etc.

Sur le plan social :

  • Apprentissage de nouvelles règles, prennent de nouveaux référents.

  • Besoin de compétition, de se mesurer aux autres (sur le plan intellectuel et sur le plan physique).

  • Besoin de justice et d’équité.

  • La socialisation est très affirmée : importance des gens surtout à partir de huit ans. À partir de 12 ans des affinités apparaissent, c’est le temps des amitiés privilégiées.

Donner des repères fixes :

  • Rester fidèle à ses repères (charte de vie en collectivité, règlement intérieur,…)

  • Définir ce qui est interdit et autorisé clairement dans l’espace, dans le groupe, avec les adultes…

  • Ne jamais déroger à la règle établie pour le groupe.

  • Être un modèle de respect des règles et des autres.

  • Être très cohérent, expliquer ce qui est interdit ou autorisé et pourquoi ça l’est.

Référent sans le savoir ?

  • L’enfant s’identifie à un adulte de même sexe et prend pour modèle les valeurs du référent.

  • Répondre aux questions des enfants toujours sincèrement. Ne pas tomber dans l’imaginaire.

Adultes protecteurs :

  • Rester attentif aux groupes et à l’individu.

  • Renforcer les comportements positifs, valoriser les actions destinées à améliorer la vie de groupe.

  • Ne pas hésiter à proposer des temps de régulation.

Durée de l’activité : avant 8 ans

  • 15 minutes d’attention.

  • 30 minutes de jeu.

Durée de l’activité : de 8 à 10 ans

  • 30 minutes d’attention,

  • 45 minutes de jeu.

Durée de l’activité : après 10 ans :

  • 30 minutes d’attention,

  • Jusqu’à 60 minutes de jeu.

 

Restait toujours vigilant par rapport à la règle.

 

Bien connaître le jeu et l’activité avant de la mettre en place. Revoir les règles précisément avec toute l’équipe d’adultes.

 

Sanctionner les comportements déviants par rapport aux jeux et à l’activité.

 

Fait référence à la règle en cas de litige. Trouver des compromis cohérents et juste le cas échéant. Laissez les enfants faire des propositions à ce sujet. On peut aussi faire appel à un délégué des deux camps.

Les activités de construction (cabane, cerf-volant,…)

 

Les jeux d’adresse et les jeux d’échange.

 

Les activités manuelles (peinture, terre, sculptures…)

 

Les chants, les jeux dansés, les histoires lues, les contes.

 

La découverte du milieu naturel.

 

Déguisements, maquillage, transformation, etc.

 

A partir de 8 ans :

 

Début des grands jeux de piste, jeux de l’oie, chasse au trésor…

 

Activités sportives.

 

Activités manuelles à dextérité fine (perles, bois, dessins)

 

Activités d’expression / Activités autogérées.

Haut - Version imprimable

L’enfant de 6 à 12 – Préparer son accueil dans les ACM :

Le contexte - Les locaux

L’équipe

Les parents

Une plus grande habitude des moments de séparation :

C’est parfois, qu’à partir de six ans, la première fois qu’un enfant arrive dans un accueil collectif de mineurs, les parents estimant qu’avant il était trop petit pour y aller. Il faut donc être vigilant et tenir compte du moment de la séparation d’avec les parents.

Accueil :

  • C’est la même chose que pour la tranche d’âge précédente.

  • Même si l’imaginaire et moins féerique, la décoration des locaux et l’endroit où les enfants vont être accueillis doivent être tout particulièrement soignés.

  • Jusqu’à 8 ans on peut également prévoir un accueil échelonné et permettre aux parents d’entrer dans le centre tous les jours.

  • Plus autonomes, il faut que l’enfant puisse se repérer très facilement dans l’espace.

Sécurité :

  • Favoriser l’autonomie tout en restant vigilant,

  • Donner des responsabilités raisonnables.

Personnalisation de l’accueil :

  • n  prendre connaissance des prénoms dès l’arrivée des enfants,

  • n  se présenter à l’enfant : « Bonjour, je m’appelle Edouard, je suis animateur et nous allons passer la journée ensemble ».

  • n   repérer immédiatement les endroits dédiés aux enfants (à personnaliser également). «  c’est là que tu peux ranger tes affaires et tu les retrouveras tout à l’heure ».

Mettre en place des rituels :

  • n  déposer ses affaires, passage aux toilettes, lavage des mains, prise du petit déjeuner, présenter la journée aux enfants…

  • n  inclure le registre de présence.

Prise en charge des cas particuliers : Identifier et repérer les enfants qui ont des troubles connus signalés avant le séjour par les parents (diabète, handicap, allergies alimentaires, etc.)

 

Faire circuler l’information : Communiquer avec l’ensemble de l’équipe afin de faire circuler l’information donnée par les parents où l’enfant.

 

Personnalisation des retours :

  • Selon un rituel qui est identique à l’accueil.

  • Donner des repères, fixer des limites de lieu et de temps.

Partage des tâches :

  • Les animateurs qui accueillent les parents pour les retours ne peuvent pas être les mêmes que ceux qui s’occupent des enfants.

  • Il faut contrôler les départs avec les adultes.

  • Investir les enfants dans le rangement et le partage des tâches justement.

Personnalisation de l’accueil :

  • Se présenter aux parents. « Je vais être l’animateur de Bryan durant telle période ».

  • Mettre un planning sur le lieu d’accueil et des retours.

  • Donner des repères de temps aux parents. Accueil à partir de telle heure…

Personnalisation des retours :

  • Rappeler aux enfants les impératifs du lendemain : « n’oubliez pas votre maillot de bain, demain c’est piscine. »

  • Rester disponible pour communiquer avec les parents.

  • Impliquer l’enfant dans vos discussions avec ses parents s’il est présent. Ne pas parler de lui comme s’il n’était pas là.

Haut - Version imprimable

L’enfant de 12 à 14 – Les grandes Lignes de son développement :

Besoins et intérêts

Attitude de l’animateur

Remarques concernant les activités

Types d’activités

Le développement physique - apparition des caractères sexuels secondaires :

  • Pour les filles : apparition des poils pubiens, sous les aisselles et élargissement des hanches puis apparition des premières règles.

  • Pour les garçons : mue de la voix, développement musculaire, augmentation du volume des testicules et du pénis.

  • nLa masturbation permet de s’approprier le corps et de mieux le connaître.

Sur le plan psychologique :

  • Les manifestations de la puberté entraînent une perte de repères pour l’enfant. La croissance s’effectue parfois par bonds successifs, d’où le besoin de se réapproprier un nouveau corps. Ces manifestations entraînent également un bouleversement psychologique.

  • Période narcissique,

  • Besoin d’être rassuré sur le devenir de son corps et sur les changements qui s’opèrent.

  • Besoin de se dépasser.

Sur le plan social :

  • Le goût du secret, de la confidence et des amitiés exclusives. Besoin de se retrouver avec des personnes du même âge, du même sexe et qui ont les mêmes préoccupations.

  • Besoin d’identification : appartenir à un groupe : on écoute la même musique, porte les mêmes vêtements, on a les mêmes idéaux et on mange les mêmes choses.

  • Période des émois amoureux. Grande émotivité collective.

  • Détachement vis-à-vis des parents. Revendique des libertés nouvelles.

Mêmes attitudes que pour la tranche d’âge précédent.

 

Sur le plan des règles, la part du négociable prend de l’ampleur. Laisser de l’autonomie, responsabiliser et laisser prendre des initiatives. Rester vigilant, donner des repères de temps de lieux et moraux.

 

Les filles se développent plus vite sur le plan psychologique et physique. Leur intérêt se porte donc vers des garçons plus âgés.

 

Ne pas favoriser ou s’impliquer dans les relations amoureuses. Répondre aux questions, ne pas favoriser l’un par rapport à l’autre.

On peut tout imaginer concernant les activités.

 

À cet âge ils sont aussi très friands d’activités qu’ils organisent pour les tranches d’âge inférieures. Dans ce contexte on peut largement travailler sur l’autonomie, la responsabilisation, le respect, l’entraide et tout ce qui caractérise la vie de groupe.

Les grands jeux

 

Les activités sportives,

 

Les apprentissages de techniques : voile, canoë, équitation, randonnée et raid.

 

Activités d’expression élaborées : montage de scénario et de films, photos, marionnettes à fils, spectacles en tous genres… Danses, chants élaborés,…

 

Camping de plusieurs jours…

Haut - Version imprimable

L’enfant de 14 à 17 – Les grandes Lignes de son développement :

Besoins et intérêts

Attitude de l’animateur

Remarques concernant les activités

Types d’activités

Sur le plan physiologique :

  • n     Pour le garçon : Développement musculaire, apparition du système pileux faciale et thoracique, apparition des spermatozoïdes,

  • n     Pour la fille : développement des poils sous les aisselles, premières ovulations et décalage des règles,

  • n     Pour les deux sexes : apparition de l’acné.

  • n     Besoin de nourriture abondante et de sommeil,

  • n     Besoin de se dépenser à fond et de ne rien faire,

Sur le plan psychologique :

  • n     Besoin d’indépendance et d’autonomie,

  • n     Besoin de conflits : liés à la recherche d’identité, opposition systématique, remis en question des valeurs de l’adulte.

  • n     Besoin de discussions et de réflexion : refaire le monde, période d’engagement dans les grands idéaux, accorde une grande importance à la solidarité et à la justice.

  • n     Très égoïste, ce qui peut paraître contradictoire avec le reste.

  • n     Besoin de tester ses propres limites : besoin de sensations fortes, prouver ses capacités d’autonomie envers l’adulte. Des comportements déviants peuvent apparaître à ce moment : alcool, drogue, vitesse, prise de risques,…

  • n     Besoin de se rassurer dans le groupe d’ados : dégagent un mode de fonctionnement et des comportements stéréotypés. Veulent se différencier mais se conformant aux groupes.

  • n     Besoin de plaire et d’avoir confiance en soi : importance des rapports amicaux et amoureux qui permettent de rassurer.

  • n     Besoin sexuel : c’est la période des pulsions, de la recherche de plaisirs

Rester dans son rôle d’adulte référent. L’adolescent n’est pas un copain

 

Être le garant des libertés des uns et des autres et de la justice.

 

Établir des règles très précises, des limites non admises, favoriser les négociations.

 

Responsabiliser, faire confiance en établissant une sorte de contrat moral.

 

Rester toujours attentif et à l’écoute. Faire sentir qu’il est reconnu et compris.

 

Mettre en place des temps de parole, mener des débats.

 

Prévenir les conduites à risque. Ne pas interdire le dépassement de soi mais plutôt l’encourager à repousser ses limites.

 

Etre attentif aux différents rites : rite initiatique par exemple, peuvent mettre en place des déviances graves.

 

Rassurer sur l’apparence physique, répondre aux questions de tous ordres : religieux, sexuel, moral,… (Parler de la sexualité, de la religion, de la politique, mais pas de sa propre sexualité, de sa religion, de ses opinions politiques.)

 

Etre attentif aux couples qui se forment. Les passages à l’acte sexuel peuvent entraîner de lourdes conséquences

Lorsque c’est possible les ados préféreront toujours organiser leur planning. Les activités choisies s’orientent parfois trop vers des activités de consommation.

 

Il est du rôle de l’animateur de permettre aux ados de découvrir d’autres activités dans lesquelles ils peuvent trouver leur équilibre

Toutes les activités sportives ou de défis.

 

Organisation de débats, des discussions.

 

Activités manuelles de qualité.

 

Activités d’expression particulièrement élaborées.

 

Les activités sont organisées collectivement laissant des possibilités d’initiatives, de propositions, de choix et de refus.

 

Donner la possibilité de s’investir à fond et, ou, de ne rien faire.

 

Privilégier au maximum les moments d’échange et de dialogue

Haut - Version imprimable

L’enfant de 12 à 17 – Dans les Accueils Collectifs de Mineurs :

Le contexte - Les locaux

L’équipe

Les parents

Accompagnement de l’enfant au moment de la séparation :

Plus aucun accompagnement n’est nécessaire à cet âge où en général les préados souhaitent que les parents ne les déposent pas à la porte du centre.

 

Accueil :

  • Rendre l’endroit agréable pour des préados. C’est-à-dire laisser un espace d’expression, de personnalisation par le groupe.

  • Avec les parents, prévoir une journée portes ouvertes où les parents sont conviés à visiter les structures mais sans interférer dans l’espace des préados.

Sécurité :

  • Rester vigilant quant à la décoration de la salle par les adolescents pour laisser un accès libre vers les issues de secours et tous les organes de sécurité des locaux (escalier, porte, extincteurs…)

  • Encourager l’autonomie avec raison.

Personnalisation de l’accueil :

  • Prévoir un temps de parole sur la journée précédente et sur les envies de la journée en cours. Un temps de médiation peut être nécessaire.

  • Mettre en place la totalité de la charte de la vie en collectivité.

Mettre en place des règles fixes :

  • A partir de telle heure, on arrête et on range.

  • On ne s’absente pas sans prévenir un adulte,

 

Prise en charge des cas particuliers : idem

 

Faire circuler l’information : idem

 

Personnalisation des retours : idem +

  • Rappel les consignes de sécurité lorsqu’on se balade seul sur la route ou à vélo avant le départ.

  • Rappel des consignes pour la journée du lendemain.

Partage des tâches :

  • Rare sont les parents à accueillir, plutôt le soir, ils souhaitent généralement juste savoir si tout va bien (comportements, investissement dans le groupe…)

  • Il faut contrôler les départs avec les adultes et ceux qui sont autorisés à partir seuls.

  • Investir les jeunes dans le rangement et le partage des tâche

Personnalisation de l’accueil :

  • Se présenter aux parents les premiers jours.

  • Un planning sera affiché près du lieu d’accueil. Il peut-être réalisé par les jeunes.

  • Donner des repères de temps aux parents. (Départ avancés et retour retardés, par exemple).

Personnalisation des retours :

  • Donner des informations sur la journée ou le séjour du jeunes.

  • Rappel sur la journée du lendemain.

  • Impliquer le jeune dans vos discussions avec ses parents (s’il est présent. Ne pas parler de lui comme s’il n’était pas là.

Haut - Version imprimable

13/02/2016

 

Nos liens :

du NOUVEAU par ici

 

Développement durable - Nature

 

Se former au BAFA et BAFD

 

Chants

 

Les différents publics

 

Jeux et activités sur le net

 

Jeunes, Internet et écrans

 

Des Histoires, de l'histoire

 

Logiciels et sites utiles pour vos ACM

 

Fournitures éducatives...

 

Dernière mise à jour : 13/02/2016.

 

Association Service Jeunesse Tél. : 06 222 78 666 - Fax : 09 57 80 45 73   Contact : contact@servicejeunesse.asso.fr 

Association loi 1901 agréée Jeunesse Education Populaire - agréée Education Nationale - Siret : 44514448800027 - APE / NAF : 9499Z

Webmaster et responsable de la publication  : Renaud HOCHART